Les  figurines en craquelés, en particulier les animaux, sont des objets à la mode apparus dans les années 20 et dont la vogue dure jusqu'au environ de 1940. A la Faïencerie de Wasmuël, on les fabriquait en grand nombre sans leurs attacher beaucoup d'importance. Du point de vue céramique, ce sont des pièces de réalisation simple et de qualité très moyenne. Un émail monochrome mis au point pour craqueler s'applique sur une forme moulée , pas de couleur, pas de décor peint. Cependant, ces animaux craquelés sont bien caractéristique de leur époque. Ils sont du style : incolores, recouverts pour la plupart d'émail transparent légèrement beige, ils sont d'une grande sobriété, en réaction contre l'abondante décoration et la polychromie en usage précédemment. Ils sont en général de bon goût et se ressentent nettement de l'esthétique cubiste. Si l'invention artistique est quasi inexistante dans leur réalisation, elle est par contre très présente dans l'élaboration des modèles souvent confiées à de véritables artistes. Sans être des objets de grands luxe, les animaux et figurines craquelés sont des bibelots à la mode destinés à un public relativement snob aux goûts modernes. Les boutiques de décoration les présentaient dans leurs ensembles de style 1930.